Demandez à Zoom de rendre le chiffrement de bout en bout accessible à toutes et tous

MISE À JOUR : le 17 juin 2020, Zoom a annoncé que l’ensemble des utilisateurs (de comptes gratuits comme payants) auront la possibilité d’utiliser le chiffrement de bout en bout à venir.

Consultez la déclaration complète de Mozilla ici.

Zoom: don't charge for end-to-end encryption

Chez Mozilla, nous pensons que les meilleures fonctionnalités en matière de sécurité et de confidentialité devraient être accessibles à toutes et tous. Nous avons donc collaboré avec nos partenaires de l’Electronic Frontier Foundation (EFF) pour rédiger cette lettre à l’attention de Zoom.

Vous joindrez-vous à nous en la cosignant ?


Le 8 juin 2020

Cher M. Yuan,

Bien que nous soyons heureux de constater que Zoom prévoit d’utiliser le chiffrement de bout en bout, nous sommes très étonnés et inquiets de découvrir que l’entreprise souhaite offrir cette protection uniquement aux client·e·s disposant d’un compte payant. Nous comprenons que Zoom veuille prévenir le partage de contenus pédopornographiques, mais réserver le chiffrement de bout en bout aux comptes payants n’est pas la bonne solution.

Comme le montrent vos chiffres en matière de croissance, Zoom est une des plateformes d’appels vidéo les plus populaires. Récemment, une enquête menée par Mozilla aux États-Unis a confirmé le succès de Zoom auprès des internautes. Dans ce contexte, les décisions de Zoom en matière d’accès aux fonctionnalités de sécurité et de confidentialité ont un impact considérable.

Nous vous encourageons vivement à revoir votre décision à la lumière des considérations suivantes :

  • Des outils comme Zoom peuvent être essentiels pour permettre à des manifestant·e·s de s’organiser et de partager leur message avec le plus grand nombre. Les activistes devraient pouvoir préparer des manifestations et des activités militantes sans craindre que les informations partagées lors de leurs réunions puissent être interceptées. Malheureusement, les actions récentes des autorités de maintien de l’ordre et une longue histoire de répression discriminatoire ont légitimé ces peurs. Le chiffrement de bout en bout est donc d’autant plus essentiel.
  • Les meilleures fonctionnalités de sécurité ne devraient pas être réservées aux plus riches ou aux entreprises. La décision de Zoom de ne pas fournir de chiffrement de bout en bout aux comptes gratuits laissera sans protection les personnes qui auraient le plus besoin de ces technologies. Dans le monde entier, le chiffrement de bout en bout est déjà un outil essentiel pour les journalistes et les activistes qui vivent dans des pays aux régimes répressifs et luttent contre la censure. Nous comprenons que le modèle commercial de Zoom se base sur le fait d’offrir des fonctionnalités de pointe aux comptes payants, mais le chiffrement de bout en bout est trop important pour en faire partie.
  • Nous comprenons que Zoom ne souhaite pas voir sa plateforme utilisée à mauvais escient, mais offrir le chiffrement de bout en bout uniquement aux comptes payants n’est pas la bonne solution. Une telle décision reviendrait à priver un grand nombre d’utilisateurs de la sécurité d’un système chiffré de bout en bout, des familles qui utilisent cet outil pour communiquer aux activistes qui s’en servent pour s’organiser.
  • Votre argument justifiant cette décision pourrait participer à une mise en danger du chiffrement, alors même que le procureur général des États-Unis a mené un conflit ouvert contre les entreprises qui refusent d’affaiblir le chiffrement de leurs produits afin de laisser une porte dérobée au gouvernement, et alors que le Congrès examine une loi menaçant l’avenir du chiffrement : le « EARN IT Act ».

Dans la lettre que Mozilla vous a adressée en avril, nous insistions sur notre conviction que tous les utilisateurs et utilisatrices devraient avoir accès aux meilleures fonctionnalités de sécurité possibles. La confidentialité et la sécurité sont de plus en plus essentielles de nos jours, en particulier pour les activistes politiques et les manifestant·e·s qui peuvent faire l’objet d’une surveillance gouvernementale.

Nous vous remercions de l’ouverture d’esprit dont vous avez fait preuve concernant nos précédentes recommandations. Nous apprécions particulièrement les changements importants déjà mis en œuvre, comme la demande du consentement de l’utilisateur avant de réactiver le son. Nous espérons que vous tiendrez compte de ce message et changerez rapidement de cap.

Cordialement,

Ashley Boyd
Vice-présidente, Militantisme et engagement
Fondation Mozilla


Gennie Gebhart
Directrice de recherches associée
Electronic Frontier Foundation

Chargement du formulaire…

Tout cela fait partie d’un mouvement plus large pour un Internet plus sain. En savoir plus.