La fracture numérique est l’écart qui existe entre les personnes dans le monde qui ont accès aux ordinateurs, aux appareils mobiles et à l’Internet, et celles qui n’y ont pas accès. Comme nous l’avons souligné dans notre Bulletin de santé d’Internet, près de la moitié du monde est toujours hors ligne, ce qui signifie que la moitié du monde n’est toujours pas en mesure de profiter de l’ère et de l’économie numériques.

Pour en savoir plus sur la fracture numérique, regardez cette vidéo avec Alice Munyua, directrice de Mozilla Africa Mradi, ou lisez la suite ci-dessous.

La fracture numérique existe un peu partout. Aux États-Unis, des millions d’Américains n’ont pas d’accès à Internet fiable à domicile, mais les différences de taux de connectivité entre les pays les plus riches et les plus pauvres sont les plus prononcées. Par exemple, bien plus de 80 % des Européens ont accès à Internet, mais une minorité des habitants et habitantes de la région africaine peuvent se connecter. Et à l’échelle mondiale, moins de femmes que d’hommes peuvent accéder au Web.

Comparaison du % de femmes et d’hommes en ligne dans différentes régions

Dans le cas du continent africain, la fracture numérique est, de manière prévisible, influencée par le coût. Le continent possède l’Internet le plus cher au monde selon l’Alliance for Affordable Internet.

Coût de l’Internet haut débit mobile de 1 Go en % du revenu mensuel brut

Cette barrière élevée à l’entrée entraîne de nombreuses conséquences. Une chose que la crise du COVID a clairement montrée, c’est que nous avons plus que jamais besoin d’une économie numérique connectée. Passer un simple appel vidéo peut être une expérience vraiment frustrante pour quelqu’un en Inde ou au Nigeria et essayez simplement l’enseignement à domicile sans haut débit fiable !

% d’adultes américains qui disposaient du haut débit à domicile en 2019, par revenu

Même pour celles et ceux qui sont en ligne, des disparités existent toujours. Par exemple, la brutalité policière lors d’une manifestation dans un lieu disposant d’un accès à l’Internet fiable, comme les États-Unis ou Hong Kong, sera probablement bien mieux couverte que lors d’une manifestation au Nigeria, au Zimbabwe ou en Tanzanie. Et lorsque les États coupent Internet, comme nous l’avons vu en période de troubles civils ou lors d’élections présidentielles, les acteurs politiques peuvent créer des conditions qui les favorisent politiquement, avec de graves conséquences démocratiques et civiques.

Pour celles et ceux qui ont la chance d’avoir une connectivité significative, Internet fournit un lien crucial vers des informations qui aident à garder leurs familles en bonne santé et en sécurité, leur permettent de travailler, leur permettent d’étudier, de participer au gouvernement et d’exercer leurs libertés politiques.

En fin de compte, la fracture numérique est un symptôme qui nous indique un problème beaucoup plus profond dans nos systèmes économiques et notre développement économique. C’est un problème qui existe à la fois dans les pays développés et sous-développés du monde. Pour réduire la fracture numérique, nous devons relever les défis sociaux et culturels sous-jacents qui l’ont créée.